Prévoyance pour les freelances : une nécessité ?

Prévoyance pour les freelances : une nécessité ?
Credit : Loic Leray

"À l'époque, j’ai bien conscience qu’en tant que freelance je ne bénéficie pas de la même sécurité qu’un salarié, mais je ne m’en soucie pas outre mesure : je suis jeune, j’ai un mode de vie sain, je n’ai pas de problème de santé particulier alors je n’ai pas de raison de m’inquiéter. Si j'avais su..."

Ces mots, ce sont ceux d'une freelance de la communauté Wemind. À 28 ans, elle a été diagnostiquée d'une tumeur neuroendochryne, et a dû stopper son activité du jour au lendemain pour suivre un traitement.

Bien qu'elle soit indépendante, ses revenus étaient couverts. Elle a pu continuer à percevoir l'intégralité de ses revenus durant toute la période où elle ne pouvait pas travailler.

Bien que ce soit un besoin essentiel, il est important de savoir que ce type de couverture n’est pas automatique pour les indépendants. Il appartient à chacun de se protéger, et le résultat c'est que beaucoup de freelances ne le sont pas suffisamment.

👉 Alors comment se couvrir ? C’est là qu’intervient le maintien de revenus, qui est également appelé prévoyance en jargon d’assurance. Il s'agit d'une assurance différente et complémentaire de la mutuelle.

Freelance : pourquoi se couvrir en prévoyance ?

La prévoyance est une assurance bien souvent négligée par les freelances. Pire, elle est parfois confondue avec la complémentaire santé. Pourtant, elle propose des garanties bien différentes, et tout aussi indispensables, qui viennent en complément de la mutuelle.

Là où la mutuelle va couvrir vos frais de santé. La prévoyance permet de continuer à toucher vos revenus lorsque vous êtes en arrêt maladie.

Il peut y avoir une multitude de raisons pour lesquelles, sans prévenir, vous vous retrouviez dans l’incapacité de travailler : un accident de vélo ou de ski qui vous immobilise plusieurs mois, une maladie qui demande un traitement de longue durée… C’est le propre de l’imprévu, vous ne pouvez tout simplement pas le prévoir !

C’est là où il y a une différence entre un salarié et un travailleur indépendant. Un salarié ne va pas avoir à se préoccuper de se couvrir, parce qu’il bénéficie d’office d’une prévoyance (souvent imposée dans sa convention collective). En revanche, en tant que freelance ce type de couverture est facultative.

👉

Quand on est freelance, si l’on n’est pas bien couvert, on s’expose à un risque important : Celui de cumuler des problèmes de santé ET des problèmes financiers qui en découleront.

ℹ️  Pour les salariés cadre, la prévoyance est une assurance obligatoire depuis plus de 60 ans. C’est-à-dire depuis bien plus longtemps que la mutuelle qui n’est devenue obligatoire qu’en 2016.

L’impossibilité de travailler : des conséquences multiples

Quand on est freelance, un arrêt de travail pose un problème financier à la fois pour son activité et pour sa vie personnelle.

D'un côté, vous devez stopper vos missions en cours ou à venir, et ne percevez donc plus de rémunération. De l'autre, vos charges professionnelles continuent de peser : vos abonnements, logiciels, matériel, fournisseurs, prestataires, etc. Idem pour votre vie personnelle et toutes vos charges récurrentes : le loyer ou le prêt de votre logement, votre abonnement internet, les factures de votre téléphone, d'électricité et d'eau, votre moyen de transport, etc. etc.

👉

Comment continuer à faire face à vos charges pro et perso alors que votre activité est à l'arrêt ?
C'est là qu'intervient la prévoyance : elle maintient votre revenu quand vous n'êtes plus en capacité de travailler (arrêt maladie) et que vos réserves personnelles ne suffisent plus.

Pourquoi une épargne personnelle n’est pas suffisante

Il se peut que vous ayez mis de l’argent de côté pour vous prémunir contre ce genre de difficultés. Néanmoins, il est impossible de savoir combien de temps peut durer votre incapacité de travail. Tout comme le montant des frais que vous devez sortir de votre poche tous les mois pour couvrir vos frais professionnels et maintenir votre niveau de vie (et celui de votre famille).

👉

Même une épargne conséquente se révèle insuffisante quand vous ne pouvez plus travailler pendant plusieurs mois, voir plusieures années.
C’est pour cela que protéger ses revenus est indispensable.

En étant freelance, vous êtes affilié à une caisse de retraite. Ce régime général a prévu ce cas d’incapacité de travailler et vous offre une protection dans certains cas. Seulement, que vaut réellement cette protection et quelles en sont les limites ?

La protection du régime général est-elle suffisante ?

Dès la création de votre entreprise, vous cotisez et êtes affilié au régime général de Sécurité Sociale pour le remboursement des soins de santé.

Pour les indemnités journalières, vous êtes également rattaché à un régime particulier :

  • si vous êtes artiste auteur, vous êtes affilié à la Sécurité Sociale des artistes auteurs
  • si vous êtes autoentrepreneur, en EI, SARL ou EURL et que vous avez créé votre statut avant le 1er janvier 2019, vous êtes affilié à la CIPAV
  • si vous êtes autoentrepreneur, en EI, SARL ou EURL et que vous avez créé votre statut après le 1er janvier 2019, vous êtes affilié à la Sécurité Sociale des Indépendants

Depuis le 1er juillet 2021, tous les indépendants peuvent bénéficier d’indemnités journalières, même lorsqu’ils sont affiliés à la CIPAV (ce qui n’était pas le cas avant le 1er juillet 2021).

Attention cependant, les indépendants qui sont en première année d’activité n’ont droit à aucune indemnité journalière en cas de maladie ou d’accident. Pour bénéficier des indemnités de leur régime obligatoire, ils doivent attendre leur 2ème année d’activité.

Les indemnités journalières versées correspondront à 33% de votre CA si vous êtes autoentrepreneur, et à 50% de votre revenu de l’année N-1 pour les autres statuts, avec un plafond de 56,35 euros brut par jour (fixé au 1er janvier 2021). La durée de cette indemnisation varie ensuite en fonction de votre affiliation à l’un des régimes évoqués ci-dessus : 90 jours pour la Cipav, et 365 jours pour les autres régimes.

Ainsi, contrairement aux salariés, un indépendant n’est couvert qu’à partir de la 2ème année d’activité, l’indemnisation se limite à 50% des revenus, voir 33% pour les auto-entrepreneurs (vs 100% pour les salariés), et la durée d’indemnisation est plus courte (3 mois pour la Cipav vs 3 ans pour le régime général).

👉

Comme vous pouvez l’imaginer, vivre avec 33% ou 50% de ses revenus est insuffisant pour conserver son niveau de vie, d’où la nécessité de se protéger avec une garantie de prévoyance (maintien de revenus) pour éviter la précarité.

Freelance : comment bien se couvrir en prévoyance ?

Les garanties d'une prévoyance sont complémentaires avec celles de la mutuelle :

  • La mutuelle couvre vos frais de santé (hospitalisation, consultation avec un médecin, médicaments, etc.),
  • La prévoyance couvre votre revenu quand vous êtes en arrêt de travail, mais elle va également intervenir en cas d'invalidité ou de décès.

Regardons plus en détail les différentes garanties d'un contrat de prévoyance 👇

1

L’incapacité temporaire de travailler

Comme son nom l’indique, le maintien de revenus a pour rôle de maintenir les revenus de l’assuré en cas d’incapacité totale de travailler due à une maladie, un accident ou une hospitalisation.

La prévoyance va couvrir vos revenus en totalité en venant compléter les indemnités versées par le régime obligatoire (voir la section précédente de l'article). Cette assurance vous donne ainsi la possibilité de protéger la totalité de vos revenus, et d’être indemnisé à hauteur de ce dont vous avez besoin pour vivre, vous et votre famille.

2

La rente invalidité

Il s’agit d’une rente versée si vous vous trouvez dans un cas d'invalidité permanente qui vous empêche d’exercer votre activité professionnelle. Là encore, la prévoyance vous permet de recevoir des indemnités journalières complémentaires à celles de la Sécurité Sociale.

Dans le cas d’une invalidité, la garantie de prévoyance vous permet de maintenir vos revenus jusqu’à l’âge de la retraite. L’indemnité totale peut s’élever jusqu’à 1 voire 2 millions d’euros. C’est donc une couverture conséquente.

3

Le capital décès

Il s’agit du capital assuré versé aux bénéficiaires désignés dans votre contrat de prévoyance en cas de décès accidentel, de perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA), ou encore de perte totale et irréversible d’autonomie par suite d’accident. À noter que le capital peut être doublé en cas de décès des 2 conjoints.

4

La rente éducation

La rente éducation est une rente versée mensuellement à chacun de vos enfants à charge en cas de décès, et jusqu’à ce que ces derniers ne soient plus considérés comme “à charge”. Elle sert à compenser la perte de revenu du conjoint survivant et à financer les études des enfants à charge.

Quand faut-il souscrire à une prévoyance (maintien des revenus)

La prévoyance, comme toute assurance, est préventive. Elle doit donc être souscrite avant qu’un accident n’advienne ou qu’une maladie soit diagnostiquée.

👉

C’est pourquoi il est important de souscrire un contrat de maintien des revenus tant qu’on est en bonne santé. Même quand on pense ne pas en avoir besoin.

Par ailleurs, des délais de carence s’appliquent et peuvent varier de quelques jours à plusieurs mois. Il faut avoir conscience de ces délais car pendant cette période de carence, vous ne serez pas indemnisé.

Si vous souhaitez couvrir vos revenus avec des garanties haut de gamme, vous pouvez faire une simulation sur notre site et obtenir le montant de votre cotisation.

Sachez que vous pouvez bénéficier d’avantages fiscaux sur votre cotisation, car la loi Madelin s’applique aux contrats de prévoyance Wemind.

Un freelance, compte tenu de son statut, doit s’occuper seul de s’assurer dans le cadre de son activité. On a trop souvent tendance à penser qu'on est à l’abri d'un problème de santé. Or cela n'arrive pas qu'aux autres, et couvrir ses revenus lorsqu'on est freelance se révèle indispensable.

Retrouvez dans l'article ci-dessous le témoignage complet de Camille Esayan, la membre de la communauté que nous mentionnions en introduction.

C'est un témoignage fort, courageux, et utile pour tous les indépendants.

Dans “rémission” il y a “mission” - Le témoignage de Camille Esayan, membre Wemind
Nous publions aujourd’hui le témoignage qu’une membre Wemind a souhaité partager avec la communauté.